Tournage © ACA
 
  • Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

La préparation

 

La préparation d’un tournage demande quelques ingrédients préalables, appelés développement.

© Benoit LinderPrenez un producteur qui a aimé un scénario et a décidé d’en faire un film. Il a trouvé un réalisateur - souvent l’auteur du scénario, mais pas systématiquement- et un diffuseur ou un distributeur. Il a commencé à chercher des financements, car la simple lecture du scénario lui a suffi pour se faire une idée du budget nécessaire, et a trouvé les fonds. On dit alors que le film est "greenlighté" : la phase de développement a abouti et le film peut être mis en production.

L’enjeu de la préparation est une question de maîtrise future du film.
Sans cette condition sine qua non, sa réalisation tournerait vite au chaos puisqu'un film n'est jamais – ou très rarement -  tourné dans l'ordre du récit. L'organisation du tournage dépend avant tout de facteurs pratiques et économiques : les séquences à tourner sont regroupées par décors et l'équipe n'a d'autre choix que de se plier aux disponibilités des comédiens. Un éclatement de l'intrigue qu'il vaut donc mieux suivre pas à pas.

La préparation n'en oublie par pour autant l'esthétique, à la charge du réalisateur. Pour lui, l'enjeu de la préparation est de déterminer le plus clairement possible comment le film sera fait. Plus ses idées seront limpides, plus ses collaborateurs directs - les équipes image, sonHMC et décoration- pourront saisir quelles directions leurs créations doivent prendre. Sans cette complicité artistique, personne ne travaillera pour le même film. On comprend  facilement qu’une bonne préparation favorise la créativité plus qu’elle ne la borne, car elle la déleste de problèmes matériels majeurs en atteignant un certain stade de réflexion sur le film à faire.

Le tournage est à l'image du puzzle : ses pièces, toutes différentes, forment une unité. Ce tout est ici composé en moyenne d’une quarantaine de personnes, réparties en une douzaine d’équipes, chacune œuvrant dans un corps de métier distinct.

Certaines pièces du puzzle sont des repères à placer avant les autres, à commencer par le directeur de production. Il est embauché le premier afin de prendre en charge le budget dévolu au film et son utilisation et remplace le producteur pendant la phase de préparation. Il est le chef d'orchestre de cette organisation délicate, qu'il initie en engageant un 1er assistant réalisateur, un chef opérateur, un chef décorateur et un régisseur général, les postes principaux.


Première phase de la "prépa"

Pendant une période à durée variable, 2 ou 3 mois le plus souvent, chacun travaille dans une direction qui lui est propre.

L’équipe mise en scène

Elle répertorie les besoins humains et matériels mis en jeu par le scénario (nombre de comédiens, figurants, accessoires, décors, etc.) en effectuant le dépouillement. Mais celui-ci n’est qu’une étape vers le but ultime du premier assistant : le plan de travail, sorte de stratégie d’attaque du tournage entier. Avec sa réalisation,
la maîtrise du film commence : le plan de travail, c’est le contrôle du temps de tournage.

Le réalisateur

Il rencontre le plus possible les différents chefs de poste. S’ils ont déjà lu le scénario, il est temps pour eux de savoir la forme qu’il a pris dans l’esprit du cinéaste

Le régisseur général et/ou un repéreur professionnel et/ou l’assistant réalisateur

Il(s) prospecte(nt) et cherche(nt) des décors. C’est le moment où le rêve du cinéaste se heurte à la réalité, notamment dans le cas, fréquent, où il a fait le choix de tourner en décors naturels. Une confrontation qui bien souvent nourrit de nouvelles perspectives et l’amène à envisager la mise en scène sous des angles inédits.

Organisation des castings

Parallèlement s’organisent les castings. Etape où l’histoire s’incarne dans des êtres de chair et d’os. Elle peut être menée par des professionnels –directeurs de casting- ou par le réalisateur lui-même. Celui qui s’en charge choisit alors les comédiens correspondant le mieux aux personnages, surtout pour les seconds et petits rôles. Quant aux rôles principaux, ils sont souvent pourvus dès les prémices du projet, car un acteur connu a évidemment la capacité d’attirer des financements beaucoup plus facilement. Il est alors considéré comme « bankable ».
La sélection des comédiens se fait sur des essais, filmés ou non, et s’affine par des lectures jouées du scénario, voire de vraies répétitions.


Deuxième phase de la "prépa"

Elle s’étend sur un mois en moyenne, durée relative aux besoins du scénario.

L’équipe décoration

Elle se lance dans la construction des décors.

Le régisseur adjoint entre en scène

Il demande et récupère tout à la fois les autorisations de tournage sans lesquelles rien ne sera possible. La régie recherche des loges, fait signer des conventions de tournage et entre en contact avec toutes les personnes, professionnelles ou non, qui seront utiles au tournage;

Le 2ème assistant réalisateur

Il approfondit le dépouillement et commence à organiser les journées de travail de chaque poste, grâce au plan de travail. Ce sont les feuille de service, pré-remplies puis modifiables la veille de chaque jour de tournage, qui récapitulent le planning des différents départements.

Le département HMC

Il procède à ses essayages : essayages en costumes, mais aussi essayages coiffure et maquillage. On comprend toute l’importance de ces derniers pour préparer un film d’époque. D’une part les retouches de costumes peuvent être très conséquentes ; d’autre part certains comédiens peuvent s’avérer beaucoup moins crédibles en chemise à jabot ou cuirasse de spartiate qu’en jean et polo. Il faut dans ce cas repartir à la recherche d’un protagoniste. Les essayages sont enfin l’occasion pour les acteurs de se rencontrer et de "tester" leurs duos.
Une semaine avant le tournage, tous les autres postes entrent enfin en action. Les choix du matériel, des types de caméra sont arrêtés. Les équipes image, son, électricités et machineries récupèrent chez les loueurs leurs équipements qu’elles testent et mettent au point. Pendant ce temps, la régie prépare les documents qui serviront à tous : la bible de tournage, les itinéraires, les plans de transport, etc.

Pour commencer du bon pied, un pot de début de tournage est organisé la veille de son lancement. L’occasion de faire connaissance, car les membres de l’équipe ne se connaissent pas, ou peu. L’occasion aussi pour la régie de distribuer les documents importants.